Top 5 des Astuces-Santé pour Bien Passer les Fêtes

Sarah Bentenah

Le mois de décembre annonce les fêtes de fin d’année : sapin et cadeaux font le décor tandis que foie gras, champagne et bûche font partie des invités principaux de ces moments festifs.
« Plaisir, convivialité, repas de fête » ne s’opposent pas forcément à « santé » si l’on respecte certains principes : quels sont-ils ? Comment bien profiter des fêtes sans le payer en janvier ? On vous en dit plus.

Tip 1 : le principe du « 1 pour 1 »

Un verre d’alcool pour un verre d’eau. Et oui, l’alcool déshydrate donc pour palier à la quantité de liquide interne que le corps utilise pour évacuer ce toxique, on associe toujours un verre d’eau à un verre d’alcool bu.

Une bouchée « plaisir » pour une bouchée « healthy ». Les associations alimentaires sont essentielles pour une meilleure digestion ainsi que pour une gestion calorique et nutritive optimale. Ainsi, la verdure qui accompagne votre tranche de foie gras est bonne pour vous, tout comme les haricots verts qui sont ensevelis sous la dinde et les marrons !

Tip 2 : On oublie le « tout ou rien »

Pour compenser les repas à rallonge et démesurément copieux, nous avons tendance à vouloir squeezer totalement les autres de la journée, pensant bien faire.

C’est juste si vous ne ressentez pas du tout la faim, le corps ne vous envoyant pas le signal de « manque de carburant » mais si ça n’est pas le cas, et que vous avez faim, répondez-y en adaptant le contenu de votre repas/snack. Fruits, légumes, crudités, soupe, fruits secs et oléagineux, restez dans du sain nutritif, à apport calorique léger voire modéré. 

S’affamer toute la journée incite au total relâchement au moment du repas, un « effet kiss cool » traduit en « grève de la faim/orgie calorique » qui violente votre corps, l’épuisant énormément.

Tip 3 : « Instant présent » en priorité

Un temps pour tout : le moment des fêtes est l’instant du plaisir sous toutes ses formes, dont pour certains du plaisir gastronomique. SI vous polluez votre esprit par la culpabilité ou la projection des efforts à fournir, vous vous déconnectez, en partie, de ce moment positif. Le temps des résolutions viendra ensuite. Et d’ailleurs, résolution ne signifie pas forcément effort et contrainte, la preuve ICI.

Tip 4 : Attention au « sport compensation »

L’alcool est un « aliment » acidifiant pro-inflammatoire. De ce fait, lorsque les lendemains de fête, vous décidez de compenser vos « entrées » gargantuesques (alimentation) par une augmentation des « sorties » (dépense énergétique), certains principes sportifs sont à respecter pour ne pas risquer la blessure (tendinite, périostite… toutes ces maladies en -ite qui sont des pathologies inflammatoires). 

On ne teste pas de nouvelles activités qui requièrent technicité et adaptation du corps car ce dernier n’a pas les capacités à l’instant T d’être surpris et l’on reste en low intensity, pour ne pas créer d’acidité mais surtout pour lessiver le corps ! 

Faire un footing en étant capable de papoter ou faire du vélo en se baladant font office de séances de nettoyage respectueuses d’un corps fatigué qui a peu dormi ou qui subit des digestions lourdes répétées.

Tip 5 : « Move your body »

Rester assis pendant des heures n’est pas bon pour la posture mais également pour tout ce qui est viscéral. Bouger entre les repas redynamise et remet en route votre corps en terme musculaire et circulatoire ! 

Marchez ou dansez, c’est à vous de voir !

CYD vous souhaite de belles fêtes de fin d’année, et d’en profiter sans culpabiliser !

Partagez autour de vous !

Laisser un commentaire